}

Généralités

Bauer A., Ventre A.-M.,(2010). Les polices en France : sécurité publique et opérateurs privés. Paris : P.U.F. (Que sais-je ?)

Bonnet F., (2008), “Les effets pervers du partage de la sécurité. Polices publiques et privées dans une gare et un centre commercial”, Sociologie du travail, 4.

Loubet del Bayle J.-L., (2010). "Les enjeux sociopolitiques de la sécurité privée", Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 1, 100-121.

Ocqueteau F., (2004). Polices entre Etat et marché, Paris, Presses de Science Po.

Warfman D., Ocqueteau F., (2011). La sécurité privée en France, Paris, PUF. (Que-sais-je ?)

Le marché de la sécurité privée

Marché 2011 : "Nous anticipons une accélération du nombre de transactions dans les mois à venir", site de l'UPS (Union des entreprises de sécurité privée)

"Marché de la sécurité : vers un hold-up des sociétés privées ?", Marianne2, 28 janvier 2011

"Recrutement : Opération “100 000 emplois pour la Sécurité Privée”, c’est parti !", Sécurité-privée.org, site de l’USP.

Synthèse du rapport de branche de la sécurité privée 2010, SNES

Hassid O. (2010). "Les dynamiques actuelles du marché de la sécurité privée en France", Champ pénal : nouvelle revue internationale de criminologie, vol. VII.

"Le poids croissant des entreprises de sécurité privée", infographie extraite de l'article du Figaro du  14 juin 2010 : "Nomination d'un M. sécurité privée"

Institut national des hautes études de sécurité, Confederation of European Security Services, (2008). La participation de la sécurité privée à la sécurité générale en Europe, Paris : INHES.

Sécurité privée en Europe : les chiffres 2008 de la CoESS (Confederation of European Security Services)

L'organisation et le contrôle du secteur

Inspection générale de l'administration, Inspection générale de la police nationale, Inspection générale de la gendarmerie nationale, (2010). Rapport sur le contrôle des entreprises de sécurité privée, Paris : Ministère de l'Intérieur, de l'Outre-Mer et des Collectivités territoriales. Consulté le 30 juin 2011.

Les activités privées de sécurité sont régies par la loi n° 83-629 du 12 juillet 1983.

La carte professionnelle

En application du décret n° 2009-137 du 9 février 2009, les salariés exerçant une activité de surveillance et gardiennage, transport de fonds et protection physique des personnes doivent solliciter une carte professionnelle auprès du préfet. Les personnes souhaitant se former à l'une de ces activités doivent demander auprès de la même autorité une autorisation préalable ou provisoire. (Source : Ministère de l'Intérieur)

Le Délégué interministériel à la sécurité privée

"Ce délégué aura pour mission de coordonner l’action des services de l’Etat à l’égard des entreprises de ce secteur, de définir, en concertation avec leurs représentants, les principes d’un partenariat opérationnel entre les entreprises de sécurité privée et les ministères concernés par ces activités, de proposer toute évolution utile de la réglementation et de favoriser la professionnalisation des métiers de la sécurité privée." (Source : Portail du gouvernement)

Les compétences du DISP sont définies par le décret n° 2010-1073 du 10 septembre 2010. Jean-Louis Blanchou, préfet hors cadre, a été désigné DISP le 18 septembre 2010.

Le Conseil national des activités privées de sécurité

Le CNAPS est une autorité publique de contrôle et de régulation de certaines professions de sécurité privée. Il a été créé le 8 février 2011, suite à un amendement sénatorial à la loi LOPPSI 2.

Vademecum du CNAPS

Blanc Sabine, "Le vendredi noir de la sécurité", Owni, 20 mars 2012 : "Avant ce vendredi, les entreprises de sécurité doivent déposer leur procédure d'agrément auprès du nouveau conseil chargé de réguler le secteur. Une première étape dans la normalisation de ce secteur,..." Lire la suite

Un secteur à l'image peu flatteuse et aux pratiques parfois douteuses

​"Sécurité privée et marché", in Livre blanc de la sécurité privée, Union des entreprises de sécurité privée (USP), 2006
En 2006, l'USP dressait un portrait peu flatteur du secteur : profession sinistrée, mauvaise image, crédibilité au plus bas, prépondérance du moins-disant chez les donneurs d'ordres, marché souterrain, pratiques illégales, marché éclaté et peu rentable...

"Sécurité privée : une profession en voie de moralisation", Décision achats, n° 133, 01/04/2010

L’avis des donneurs d’ordres et des prestataires

En 2008, alors que le secteur de la sécurité privée voyait ses marges considérablement diminuer, l’USP (Union des entreprises de Sécurité Privée) et le SNES (Syndicat National des Entreprises de Sécurité) ont chargé SerdaLab de mener une enquête auprès de clients et prestataires de sécurité privée : Synthèse des résultats

Formation professionnelle, professionnalisation et conditions de travail

Arroyo A., (2010). "Professionnalisation et développement professionnel du secteur privé de sécurité "la surveillance humaine" : une coproduction de sécurité prescrite entre l'Etat et le marché". Communication au congrès international AREF 2010 "Actualité de la recherche en éducation et en formation" du 13 au 16 septembre 2010 à l'Uni-Mail de Genève.

Arroyo A., (2005). La structuration de l'identité professionnelle des agents de prévention, de sécurité et de sûreté privée, à travers la professionnalisation, par la formation. Mémoire de Master Ingénierie et conseil en formation, sous la dir. de Jean Houssaye, Université de Rouen.

Hug P., (2000). "Les agents de sécurité privée noirs. Un exemple de discrimination dans le monde de la sécurité", Les cahiers de la sécurité intérieure, 40, pp. 93–118.

Ocqueteau F., (2010). "L’emprise invisible et survisible de la sécurité privée dans les villes", Les Cahiers IAU-Ile-de France, n° 155, pp. 69-72.

Péroumal, F. (2008). "Le monde précaire et illégitime des agents de sécurité", Actes de la recherche en sciences sociales, n° 175(5), pp. 4-17

​Péroumal, F. (2007)."L'insécurité sociale et professionnelle des agents de sécurité privée", Interrogations : Revue pluridisciplinaire des sciences de l'homme et de la société, n°4

Politique de branche et exigences réglementaires

Accord de Branche Prévention et Sécurité du 28 juin 2005 relatif à la Formation Professionnelle tout au long de la vie (Droit Individuel à la Formation (DIF), Contrat et Période de Professionnalisation, ...)

Accord du 1er décembre 2006 sur les Métiers Repères, obligatoirement applicable par toutes les entreprises de la Branche à partir du 1er décembre 2007 (arrêté d'extension du 28 septembre 2007 paru au JO du 11 octobre 2007)
“Depuis le 1er janvier 2008, le CQP-APS de la branche Prévention & Sécurité, répond à la nouvelle obligation d'aptitude préalable. L'aptitude professionnelle, indispensable pour obtenir la nouvelle carte professionnelle, obligatoire pour exercer depuis le 7 mars 2009 (décret d'application paru au JO du 11 février 2009).
La loi 2003-239 du 18 mars 2003 a instauré "une obligation d'aptitude professionnelle préalable pour exercer le métier" pour les agents et dirigeants d'entreprises de sécurité privée.
Suite à la publication de plusieurs décrets d’application, le décret définitif modifiant le décret du 6 septembre 2005 est enfin paru au JO du 7 août 2007. Ce nouveau décret précise les dispositions de la loi du 18 mars 2003 modifiant la loi n°83-629 du 12 juillet 1983.
Il confirme donc que pour exercer les activités de Sécurité Privée, les salariés entrant dans le champ d’application de cette loi devront désormais justifier d’une aptitude professionnelle préalable et ce à partir du 1er janvier 2008. Il valide également pleinement le CQP-APS comme valant aptitude professionnelle.
Ce décret a été complété par un arrêté paru au JO du 8 août 2007, fixant les spécificités d'agréments propres aux titres de la Branche à travers la CPNEFP.” (Source : Unafos)

Contenu de la formation CQP-APS

"Sécurité privée et formation", in Livre blanc de la sécurité privée, Union des entreprises de sécurité privée (USP), 2006

Une offre de formation en manque de cohérence

Latour X. (2010?). Panorama des formations en sécurité privée, site de l'USP.

Les licences professionnelles

Latour X. (2010?). "Licence professionnelle et valorisation des talents", site de l'USP.

La formation continue en 2009

Institut d’Informations et de Conjonctures Professionnelles  (2010). Observatoire de métiers de la sécurité et de la prévention : enquête de branche prévention sécurité. Paris : I+C.

Les métiers

Agent de prévention et de sécurité

Référentiel des compétences, site des Professionnels de la sécurité

Fiche sur le site du CIDJ 

Présentation des fonctions et qualités des APS sur le site du SNES.

Les fiches métiers repères :

L’agent de sécurité qualifié/confirmé : Sa fonction est d’assurer la sécurité des biens meubles et immeubles ainsi que celle des personnes qui sont liées directement ou indirectement à la sécurité de ces biens (art. 1 de la loi 83-629). Son travail consiste principalement en des missions d’accueil et de contrôle d’accès, de ronde de surveillance, de contrôle du respect des consignes de sécurité du site, d’intervention de première urgence, d’alerte et de guidage des équipes de secours, de rédaction des rapports d’événements ou d’activité. 

Agent de sécurité chef de poste

Agent de sécurité cynophile​

"Le conducteur de chien de garde ou de défense : C’est un Agent de Sécurité qui doit s'attacher à constituer une véritable équipe "Homme-Chien" dans le cadre de ses missions de Prévention et de Surveillance. Son travail consiste à assurer la protection des biens et/ou des personnes sur un secteur géographique déterminé en utilisant ses qualités professionnelles combinées avec les compétences cynotechniques de son chien. L'action du chien, exclusivement préventive et dissuasive, apporte également un aspect sécurisant pour le Conducteur effectuant des rondes, des interventions, des interpellations avec éventuellement garde d'un individu suspect. Le chien est l'auxiliaire du Conducteur dans l'exercice de ses missions." (Source : Snes)

Fiche métier repère 

UNAFOS. (2010). "Spécial CQP cyno". Formation sécurité privée, 16 p.
Ce document présente un descriptif détaillé des évaluations et explique ce que la nouvelle certification implique pour les employeurs, leurs salariés et les organismes de formation.

Agent de sécurité mobile

"Le rondier intervenant : C’est un agent de sécurité dont le travail principal consiste à effectuer des rondes de surveillance en véhicule pour assurer la prévention des malveillances et des risques facilement détectables tels que l’incendie ou l’intrusion. Son travail consiste également à intervenir pour effectuer une levée de doute dans le cadre de missions de télésécurité, à détecter l’origine de l’alarme, à prévenir ou faire prévenir les services ou personnes concernées, à procéder aux actions de sauvegarde adaptées et assurer la continuité de la protection du site, à rendre compte de sa mission." (Source : Snes)

Fiche métier repère 

Agent de sécurité magasin

"L'agent de prévention des vols : C’est un agent de sécurité qui participe à un travail de surveillance dans les établissements recevant du public dont l'activité essentielle est la vente, en vue d'éviter les vols, les attentats et les actes de malveillance. Son activité s'exerce à l’intérieur de l'établissement. Il exerce une mission de contrôle effectuée au niveau des accès du magasin et des terminaux de paiement, ainsi qu’une mission de surveillance préventive des vols qu’il effectue au niveau de la surface de vente. Il peut procéder à l’arrestation de présumés délinquants conformément aux dispositions de l'article 73 du Code de Procédure Pénale. Il rend compte immédiatement de ses constatations à la direction de l’établissement et rédige un rapport sur ses interventions." (Source : Snes)

Fiches métiers repères :

Agent de sécurité magasin pré-vol

Agent de sécurité magasin vidéo

Agent de sécurité magasin arrière caisse

Opérateur en télé-surveillance

"C’est un agent de sécurité qui travaille dans une station centrale de réception des alarmes. Il doit s’assurer de la réception et du traitement des informations reçues et de l’application des consignes définies. Il travaille dans un service de télésurveillance et/ou de permanence opérationnelle assurant la réception des alarmes. Ses missions consistent principalement à traiter les informations reçues, à déclencher l’intervention des personnes habilitées et appeler les services compétents, à effectuer le suivi des rondiers intervenant au cours de leurs missions et à s’assurer du retour à la normalité de fonctionnement." (Source : Snes)

 

Date de mise à jour : 5 décembre 2011

Haut de page