event

La relation formation-emploi au prisme de l’intermédiation

Marseille, 01 septembre 2019 | Appel à contributions

Appel à contributions : La relation formation-emploi au prisme de l’intermédiation


 

La revue Formation Emploi publie un appel à contributions au numéro spécial La relation formation-emploi au prisme de l’intermédiation. Formes, modalités et effets du recours au principe du tiers employeur. Coordination : Maël Dif-Pradalier (SUPSI-Université professionnelle de la Suisse italienne) et Nicolas Roux (CNAM-CEET- Lise) avec la collaboration de Thierry Berthet (Lest).

 

Les notes d'intentions sont attendues d’ici le 1er septembre 2019 avec publication envisagée fin 2020.

 

Ce dossier de Formation-Emploi propose de s’intéresser aux formes et modalités d’intermédiation entre candidats à un emploi et employeurs sur le marché du travail et à leur accompagnement au sein de dispositifs articulant formation et insertion professionnelles.

 

Si les dispositifs d’insertion professionnelle ont longtemps privilégié l’amélioration de l’« employabilité » de leurs publics4, l’action publique a évolué vers le primat de la mise en situation de travail pour affirmer sa dimension affilliatrice (insertion), mais aussi sa dimension certifiante (formation). On assiste à une valorisation des dispositifs dont l’action articule, au sein de la structure d’embauche, formation et emploi.

Ainsi en va-t-il de l’alternance, entre formation théorique et formation pratique en entreprise, censée favoriser une meilleure articulation entre offre de formation et demande de travail (Boudesseul & al., 2015), mais aussi des groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ).

Forme particulière des groupements d’employeurs, les GEIQ embauchent les publics ciblés pour les mettre à disposition des entreprises adhérentes en organisant, via des contrats en alternance, des parcours d’insertion et de qualification. Le principe est ici le recours au « tiers employeur », le groupement (l’employeur de droit) employant le salarié qui est mis à disposition de l’entreprise (employeur de fait) adhérente ou non au groupement.

En se centrant sur le processus d’intermédiation, ses acteurs et ses effets, ce dossier invite à prendre en compte les structures de l’Insertion par l’activité économique (IAE) et les GEIQ, mais aussi d’autres dispositifs. Les analyses attendues doivent donc porter sur les formes d’intermédiation de la relation d’emploi (prestations de services, portage salarial, groupement d’employeurs classiques, coopératives d’activité et d’emploi, etc.) qui visent explicitement l’articulation entre formation et emploi, ce qui exclut a priori d’autres types d’intermédiaires telles que les agences de travail temporaire. Il en va de même au sujet des différents types d’intermédiation opérée par le service public de l’emploi (Fretel, 2012), dont l’action ne porte pas prioritairement sur la formation et l’insertion professionnelles...

 

 

Sur le thème

 
Vers la thématique
Haut de page