Retourner au sommaire

1ère partie : De nouvelles pratiques durables, de nouvelles perspectives pour l’emploi et la formation

La filière éolienne terrestre, perspectives pour l’emploi et la formation

La filière des éoliennes terrestres s’est structurée en France depuis une quinzaine d’années et a généré sur notre territoire une dizaine de milliers d’emplois (ADEME 2013), bien que les principaux constructeurs soient étrangers (danois, allemands ou espagnols). Ces emplois sont principalement liés aux activités d’études pour lancer de nouveaux projets (phase de développement), à la fabrication de composants intégrés par les constructeurs étrangers, à l’installation sur site, à la maintenance et à l’exploitation. Demain, des activités liées au démantèlement des sites devenus obsolètes devraient également se structurer. Dans le cadre de cette étude, le Céreq analyse les compétences dont la filière française a besoin, ainsi que la manière dont le système de formation initiale et continue tente d’y répondre pour accompagner son développement. Après avoir précisé le contexte administratif et industriel dans lequel s’inscrit ce développement, l’étude propose une analyse des métiers et des besoins en compétences, ainsi qu’un panorama de la formation initiale et continue sur chacun des maillons de la filière (segments « développement », « fabrication », « installation », « exploitation et maintenance » et « démantèlement »). Une attention toute particulière est accordée aux métiers et formations de la maintenance, les emplois sur ce segment étant les plus pérennes et les moins délocalisables de la filière. Les emplois et les besoins en compétences du segment « fabrication de composants» sont également examinés car ils représentent une part non négligeable du total des emplois. Ce segment reste par ailleurs dynamique, notamment à l’export, avec des entreprises qui devraient trouver un nouveau débouché avec la production, en France, de machines destinées à l’éolien offshore.

Cette étude s’est déroulée parallèlement à la réalisation d’un diagnostic comparable sur l’éolienoffshore. Les points de recoupement entre ces deux filières, conduisent à des comparaisons en matière de perspectives pour l’emploi et la formation.

 

Contacts : Chantal Labruyère (chantal.labruyere@cereq.fr) ou Gérard Podevin (gerard.podevin@univ-rennes1.fr).

Résultats : rapport à paraître sur le site du CGDD.

Haut de page