Après l’analyse des sites internet spécialisés (réseau TEE, Service de l’observation et des statistiques (SOeS) du ministère de l’Environnement, Actu Environnement …), il a été décidé de se limiter aux 3 grands domaines d’activité qui concentrent la majorité des emplois centrés sur l’environnement :

 

}

Les métiers pour la protection de la nature, de l’équilibre écologique et du cadre de vie

Ce domaine regroupe tous les métiers liés à la protection et à la gestion de la nature. Les jeunes sont essentiellement attirés par les formations dans ce domaine même si elles offrent peu de débouchés. Seul 66% de ceux sortant des formations de niveaux I et II s’insèrent. Les jeunes issus des formations de niveau III s’insèrent mieux : 75 %. Enfin, ceux des formations de niveau V, peu nombreux à être sortis de ces formations, sont 88 % à accéder à l’emploi.
Le milieu associatif et les services publics sont les principaux recruteurs dans ce domaine de la protection de la nature. Ainsi, la gestion du patrimoine naturel représente 39% des emplois environnementaux dans les collectivités territoriales, alors que ces emplois sont peu présents en entreprise. Le secteur associatif ne pèse que pour 3 % de l’emploi dans l’environnement avec des emplois aidés, mais les métiers de « l’animation et l’éducation à l’environnement » sont les métiers « phare » des associations. Ces dernières doivent cependant faire face à une demande accrue d’expertise qui les obligent à se spécialiser et à faire évoluer leurs recrutements.

Granjou Céline, Mauz Isabelle , Cosson Arnaud . Les travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension ?. Sociologies. 2010.

CNAR Environnement, Réseau Ecole et Nature. Éducation à l’environnement vers un développement durable - État des lieux : activité, économie et emploi. Paris : Avise, Repères de l’ Avise, Mai 2008, 18 p.

ONISEP. S'occuper d'animaux : Découvrir des métiers, des formations, des témoignages. Marne-la-Vallée : Onisep, col. Parcours, 2007, 107p.

ONISEP. Montagne. Découvrir des métiers, des formations, des témoignages. Marne-la-Vallée : Onisep, col. Parcours, 2006, 115 p.

Les métiers pour la prévention et le traitement des pollutions, des nuisances et des risque.

Analyste de l’air, égoutier, sismologue, technicien de traitement des déchets ou de veille sanitaire, agent d’assainissement, la majorité des métiers de l’environnement concernent le traitement de l’eau et des déchets. Ils représentent une part importante de l’emploi environnemental aussi bien dans les entreprises (38 %) que dans les collectivités territoriales (40 %).(1)

 

  •  Les métiers de l'eau

Au delà du service apporté par les collectivités locales ou leurs délégataires (les sociétés privées), le secteur de l’eau inclus aussi des activités d’études, de maîtrise d’œuvre, de construction des réseaux et des ouvrages, de leur gestion et de leur exploitation… Les emplois de l’eau représentent environ 40% de ceux de l’environnement. Il existe une pénurie chronique dans les professions traditionnelles, en particulier pour les métiers manuels tels que canalisateur, agents de réseau ou agents de station d’épuration, sans doute dûe à d’un déficit d’image. Entre 1999 et 2004, près de 20 formations « eau » ont été créées chaque année, mais l’étude Bipe OIEau montre un réel écart entre ces formations et les besoins en recrutement. Par exemple, les formations de niveaux III et II (BTS, DUT, L3…) doivent prendre en compte les changements à prévoir dans les compétences demandées aux techniciens en matière de technique mais aussi de communication. L’évolution de la réglementation génère aussi de l’activité en termes d’études, de travaux et parfois entraîne la création de nouveaux secteurs d’activité (ex : assainissement non collectif ANC) et de nouveaux métiers (contrôleur et « diagnostiqueur des infrastructures de l’eau et de l’assainissement»…).
Le secteur de l’eau voit son nombre de postes se stabiliser mais avec une évolution des compétences recherchées. Ces dernières sont acquises soit en formation initiale soit en formation continue (2).

 

  •  Les métiers des déchets

Le champ de la gestion des déchets englobe une multitude d’activités qui s’exercent au sein de familles extrêmement diverses de produits et d’employeurs. Les emplois liés à la gestion des déchets représentent 35% de ceux de l’environnement. Ces professionnels interviennent aussi bien au sein des collectivités locales que dans les entreprises. Autrefois caractérisée par une forte proportion de postes pas ou peu qualifiés, l’industrialisation récente du secteur et les évolutions technologiques permettent le développement d’emplois hautement qualifiés, tant sur le plan de l’organisation que sur des missions d’ingénierie ou de recherche de nouvelles solutions industrielles. Les agents de maîtrise et techniciens d’encadrement viennent ainsi renforcer les emplois de ce secteur sans entraîner de disparition d’emplois non qualifiés. C’est un secteur créateur d’emplois qui souffre toutefois d’un manque de popularité. Pour maintenir son développement, le contenu des formations doit évoluer au rythme des évolutions du secteur (forte croissance du recyclage…).

(1) Commissariat général du développement durable. 10 indicateurs clés de l'environnement. Édition 2012. Paris : Service de l'observation et des statistiques, Repères. Juin 2012.

(2) Boyer Pascal. Emploi et formation : quel avenir pour les métiers de l’eau ?. Réseau TEE, Environnement & Technique n°274, Mars 2008.

Apec. Les métiers de l'environnement : référenciel des métiers cadres de l'environnement. Paris : APEC, Janvier 2012, 183 p.

Colpin Gérard, René Brouillet. Les métiers de l'eau. L'enseignement technique, n° 233, Janvier - Février - Mars 2012, pp. I-XVI.

Les métiers pour la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables

Les énergies renouvelables et plus encore la maîtrise de l’énergie offrent des perspectives d’emploi importantes (3). Si le développement de ces deux domaines engendre quelques nouveaux métiers, il appelle surtout une mise à jour et une réorganisation des compétences exprimées dans des métiers plus traditionnels (agents de maintenance, chauffagistes, électriciens, couvreurs…). Les professionnels impliqués dans les secteurs des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie sont considérés comme hautement qualifiés (architectes, ingénieurs, concepteurs…). Cependant, l’augmentation de l’offre d’emplois liés à ces technologies influence également les professions connexes (production, installation, maintenance, commercialisation…) et favorise aussi la formation des personnes non spécialisées, afin d’élargir leur champ de compétences. Certains métiers transversaux sont aussi valorisés dans chacune des énergies renouvelables (ingénieur en génie électrique, designer, chef et développeur de projet, ingénieur en génie de l’environnement…).
L’adéquation entre l’offre d’emplois et les formations est très inégale selon le niveau de qualification. Les métiers en tension sont plutôt des métiers de terrain nécessitant des formations de niveau IV (Bac, CAP, BEP) mais on constate que l’offre de formation sur les énergies renouvelables est sans véritable adéquation avec le marché du travail. Les besoins de formation se font sentir plus précisément dans les domaines du bois-énergie, du solaire thermique et photovoltaïque et de l’éco-construction, mais aussi dans les compétences transversales au niveau du conseil aux particuliers et aux professionnels. Le secteur des énergies renouvelables reste celui qui émet le plus d'offres d'emploi, notamment via la création de nombreuses éco-industries.

(3) Réseau Tee. Les énergies renouvelables, un nouveau gisement d'emploi - Renewable energies, a new employment opportunity, Réseau Tee Rhônes-Alpes, Juin 2008, 16 p.

Commissariat général du développement durable. 10 indicateurs clés de l'environnement. Édition 2012. Paris : Service de l'observation et des statistiques, Repères. Juin 2012.

ONISEP. Les métiers de l'énergie. Marne-la-Vallée : Onisep, col. Parcours, Mai 2010, 104 p.

 

 

ONISEP. Les métiers de l'environnement. Marne-la-Vallée : Onisep, col. Parcours, Janvier 2011, 100 p.

Boisseau Isabelle . Les métiers de l'environnement : une chance pour PACA. Marseille : ORM, Mémo, n° 30, Novembre 2006, 4 p.

Ravary Yveline , Blot-jolivet Liliane. Les métiers de l'environnement. Choisir un métier. L'enseignement technique n° 215, Juillet - Août - Septembre 2007, pp. I-XVI

 

Mis à jour le 21 juin 2012

 



Haut de page