Les débuts de carrière des femmes managers. Faits et discours dans quatre pays européens         

 

 

Le projet Women in Management propose d’étudier les mécanismes à l’œuvre dans l’accès, l’exercice et l'avancement dans les métiers d’encadrement des femmes. Ceci en première partie de carrière et dans quatre contextes sociétaux (France, Royaume-Uni, Suisse et Suède).

 

Le parti pris de cette étude est de se focaliser sur cette étape de la vie active au cours de laquelle les femmes sont prises par l'intensité de leur investissement professionnel et où, dans le même temps, elles peuvent être fortement mobilisées par la constitution d'une famille. Le projet vise à articuler simultanément plusieurs niveaux d’analyse : le niveau individuel, le niveau des pratiques organisationnelles de gestion de la main-d’œuvre et celui de l’action publique. L'hypothèse générale est l'existence d'une diversité de positionnement de la place des femmes dans l'emploi de cadre hiérarchique dans chacun des pays étudiés.

 

En France, les femmes ont environ 30 % moins de chances que les hommes de devenir cadres
La question au cœur du projet est en phase avec l’objectif d’égalité professionnelle entre femmes et hommes, affiché par l’Union Européenne depuis sa création et réaffirmé dans les années 90 à l’occasion des traités successifs, en accordant une place centrale à la promotion de l’accès des femmes aux postes à responsabilités. Pour autant, les objectifs restent loin d’être atteints : en 2014, dans l’Union Européenne, les femmes ne représentaient qu’un tiers des managers en 2013. En France, les femmes ont environ 30 % moins de chances que les hommes de devenir cadres ou d’exercer une profession intellectuelle supérieure ou une profession libérale

 

Un financement de l’Agence nationale de la recherche
Ce projet a obtenu un financement de l’ANR pour 48 mois dans le cadre de l’appel à Projets de Recherche Collaborative (PRC) 2016 et démarrera au dernier trimestre de cette année.

La réponse fait suite à deux conventions d’études avec le GIS-Institut du genre d'une part, avec l’APEC  d'autre part. Ces conventions ont permis d’organiser en partenariat un séminaire européen à Paris en juin 2015. Ce séminaire a réuni des chercheurs de 8 pays de l’Union europèenne pour établir un état des lieux de l'emploi des jeunes femmes dans les fonctions de management. Cet état des lieux  au sein de chacun de ces pays a été réalisé en vue de l'élaboration d’un projet de recherche comparatif.

 

Une équipe internationale
Le projet met à contribution trois équipes en France : le Lest, équipe coordinatrice avec deux enseignantes chercheures, Le Clerse avec aussi deux Maitres de Conférence et deux chargés d’études du Céreq. Le projet s’appuie en outre sur le partenariat de 5 chercheurs étrangers appartenant au  Royaume-Uni, à la Suède et à la Suisse. Vanessa di Paola, directrice du centre associé d’Aix en Provence assure la coordination d’ensemble du projet.

 

Analyses quantitatives et qualitatives
La méthodologie recourt à la fois à des analyses quantitatives et qualitatives, mobilisant l’économie et la sociologie. Les données des Labour Force Survey (LFS) et SILC d’Eurostat sur les revenus et les conditions de vie seront mobilisées au plan statistique. L’analyse qualitative proposée est innovante car conduite sur une seule grande entreprise française ayant des filiales dans les trois autres pays. Elle permet d’interroger comment une même culture d’entreprise assortie de sa politique de ressources humaines transnationale peut générer des parcours de carrière des managers plus ou moins formatés et susceptibles d’entrer en conflit avec des comportements et des « stratégies » individuelles.

 

 

Premières publications prévues en 2018.

 

Contacts : Arnaud Dupray, Dominique Epiphane

 

Autres articles

 
Haut de page