L’hypothèse générale du projet Territoire et décrochage scolaire (TEDS) est que le contexte, dans ses dimensions sociales,  économiques et institutionnelles, affecte les parcours scolaires des individus, ce qui peut se traduire pour certains d’entre eux par un décrochage scolaire.

 

La connaissance des phénomènes de décrochage scolaire reste fragmentaire en France. Alors que de nombreuses recherches sur l’exploitation de données quantitatives portent sur les facteurs du décrochage, peu de travaux en France se sont à ce jour penchés sur les effets du contexte, en particulier les effets des marchés du travail locaux.

 

Les marchés du travail locaux peuvent impacter directement ou indirectement le risque de décrochage. L’impact indirect varie selon les caractéristiques individuelles à l’origine du décrochage (sexe, origines sociales et ethniques, structure du ménage parental, résultats scolaires, filière et caractère professionnel ou non de la formation). Pour distinguer ces niveaux directs et indirects, il convient de prendre en compte les effets individuels, les effets territoriaux et leurs interactions par l’approche économétrique multiniveaux.

 

Cette approche économétrique sera utilisée d’une part pour comprendre les motifs du décrochage à partir de l’enquête MODS (MOtifs de Décrochage Scolaire), d’autre part, pour analyser le risque de décrochage à partir de l’enquête Génération 2010. En effet, l’absence de population témoin dans MODS ne permet pas d’étudier les déterminants du risque de décrochage. Il convient pour cela de recourir à des données quantitatives existantes, même si elles n’ont pas été conçues pour traiter ce phénomène en particulier. Les données de la dernière enquête Génération du Céreq portant sur les sortants du système éducatif en 2010 sera ainsi mobilisée. Par l’appariement avec des données externes caractérisant les bassins d’emploi, il sera possible d’évaluer comment les contextes locaux des marchés du travail expliquent, directement et indirectement, le décrochage, et ce dans une situation économique particulièrement dégradée.

 

Un projet financé par l’Agence nationale pour la recherche française pour la période 2015-2018, sous la coordination de Pierre-Yves Bernard (CREN).

 

Le Projet TEDS dans son ensemble est pluri-disciplinaires (sociologie, sciences politiques, sciences de l’éducation, économie, géographie, démographie) et regroupe 4 laboratoires de recherche (CREN, Centre Emile Durkheim, ESO Caen, LEST).

 

Date de publication envisagée : juin 2017.

 

Contact :

Vanessa di Paola ou Stéphanie Moullet

 

Autres articles

 
Haut de page