cereq_article

Bilan mitigé du portefeuille universitaire d'expériences et de compétences

Le portefeuille universitaire d’expériences et de compétences : un bilan mitigé

Mis en place par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, FEJ, et évalué par le Céreq, le portefeuille d'expériences et de compétences (PEC), permet de guider les étudiants dans leur parcours d’études et de faciliter leur insertion professionnelle. Il associe un outil numérique de type e-portfolio à l’accompagnement des étudiants. Il a été expérimenté dans 13 universités (sur les parcours Licence) et évalué entre 2009 et 2013. Un des avantages du PEC est d’offrir un outil numérique « clé en main » aux établissements qui n’auraient pas développé de dispositifs équivalents. De plus, cet outil numérique s’inscrit dans la perspective de développement des e-portfolios européens pour la sécurisation des parcours.

L’évaluation de ce dispositif aux objectifs multiples a privilégié une approche pluridisciplinaire (sociologie et économie) et mobilisé des méthodologies qualitatives (monographies, entretiens) et quantitatives.

Des entretiens ont été menés auprès des accompagnateurs et des étudiants. Ils mettent en évidence le volume d’heures restreint consacré au PEC, entre trois et dix heures de face à face pédagogique selon les universités, dispensés sous forme de TD, parfois au sein de modules préexistants et dédiés au projet professionnel ou à l’orientation de l’étudiant. Les accompagnateurs et étudiants interviewés soulignent l’absence d’accompagnement hors TD, en dépit de la plateforme numérique d’échanges.

Le projet désigne les enseignants-chercheurs comme  les principaux accompagnateurs, mais dans les faits ils n’en  représentent qu’un tiers. L’accompagnement au PEC est  souvent porté par d’autres personnes : des personnels des SCUIO, des professeurs agrégés du secondaire, des doctorants, des intervenants extérieurs, ou encore des personnels administratifs. Pour les accompagnateurs interviewés, l’intérêt du PEC réside dans la traduction en compétences des formations et expériences professionnelles et personnelles. Ne se considérant pas comme des spécialistes du PEC, ils reconnaissent que leur métier s’enrichit ou se diversifie avec cet accompagnement des étudiants.

Une enquête statistique a complété les entretiens menés auprès des étudiants et accompagnateurs. Elle révèle que les bénéficiaires du PEC sont davantage sensibilisés aux thématiques d’insertion et d’orientation.  Ils recourent davantage aux aides apportées par les universités dans ce domaine. Les écarts  sont conséquents pour l’aide au CV (41 % des bénéficiaires du PEC déclarent en avoir profité contre 21 % des non bénéficiaires) et pour l’aide au bilan de compétences (34 % contre 18 %). Avec ce protocole statistique basé sur une comparaison entre bénéficiaires et non bénéficiaires, il n’a pas été observé d’impact sensible sur les trajectoires dans le laps de temps observé.

Ces constats posent un certain nombre d’interrogations pour l’avenir de cette démarche. Principalement préoccupés par la réussite de leur année, les étudiants de licence ne perçoivent pas toujours l’utilité du PEC. Ils reconnaissent pourtant l’apport de certaines actions. L’évaluation conduit à s’interroger  sur le ciblage des objectifs pour les séances consacrées au PEC, sur une éventuelle augmentation du volume horaire, sur le suivi des étudiants hors travaux dirigés, tel que prévu dans le projet initial, et sur le profil des accompagnateurs.

Malgré les limites du dispositif, le portefeuille d’expériences et de compétences a été adopté par près d’une université sur deux.  Cependant, ses performances restent à démontrer pour assurer sa légitimité face aux détracteurs de la « logique compétences ».

Pour en savoir plus 

Bref n°331 – Le bilan mitigé de l'expérimentation du portefeuille d'expériences et de compétences. Février  2015. Auteurs : Nathalie Beaupère, (CREM- Centre associé au Céreq de Rennes), Nathalie Bosse, (CREG - Centre associé au Céreq de Grenoble), Philippe Lemistre, (CERTOP - Centre associé au Céreq de Toulouse)

 

Télécharger le communiqué de presse au format PDF  PEC : un bilan mitigé

Contact presse : Marie-Christine ANTONUCCI servicepresse@cereq.fr – 04 91 13 28 94

Haut de page