Rupture de scolarité : les leçons d’une expérimentation alliant éducation et santé 

 

La lutte contre le décrochage scolaire et la déscolarisation sont plus que jamais dans les priorités des pouvoirs publics. Dans ce contexte, le dispositif des Ateliers Pédagogiques de Nanterre apparaît original et innovant. La spécificité du dispositif des Ateliers Pédagogiques est de mettre l’accent sur la nécessité du soin thérapeutique dans la gestion du décrochage scolaire qui est, en général, incarné par une phobie scolaire et joue le rôle d’un révélateur de problèmes plus profonds recouvrant souvent la dimension familiale et sociale. Perçus comme bénéfiques par les jeunes,  leur utilité est  largement reconnue  par les acteurs de l’Éducation nationale. L'efficacité et la pérennité de ce dispositif reposent sur la stabilité des partenariats institutionnels et du travail en réseau.

Les Ateliers pédagogiques du centre médico-psychologique Jean Wier à Nanterre ont fait l’objet d’une évaluation par le Céreq dans le cadre d’une expérimentation menée par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (Fej).

Bien insérés dans le quartier, les ateliers  de Nanterre accueillent les jeunes les plus en difficultés parmi les élèves décrocheurs. Ces jeunes « perdus de vue » ou « incontrôlables » ne sont plus scolarisés depuis des mois voire plusieurs années.

Les dispositifs centrés sur l’établissement scolaire et ceux pilotés au sein de l’Education nationale ne peuvent plus atteindre cette frange de la jeunesse. Agés pour la plupart de 12 à 16 ans, ces jeunes sont encore sous obligation scolaire. Pour nombre d’entre eux,  le répertoire des actions préventives et des sanctions a été épuisé. Ce public d’élèves n’a pas souvent conscience de la gravité des actes sanctionnés. Ils glissent alors dans une dynamique de répétition jusqu’à l’exclusion définitive, avec le risque d’une forme de nomadisme institutionnel, voire d’errance. Les ateliers incarnent alors la solution de la dernière chance. Si peu réintègrent une filière standard, la plupart sont stabilisés et arrivent à sortir d’une situation de conflit ou de crise.

Le renforcement du partenariat entre l’Éducation nationale et les différentes institutions liées à la politique de la ville ont marqué une inflexion dans la lutte contre le décrochage scolaire. Quand le partenariat s'étend aux professions de la santé, cette inflexion est encore plus sensible. L'utilité sociale d'un tel dispositif amène à recenser les conditions qui permettraient de reprendre ailleurs ce type d'actions, en bénéficiant des enseignements de l'évaluation.

Lire le communiqué au format PDF : Rupture de scolarité : les leçons d’une expérimentation alliant éducation et santé

Pour en savoir plus :

Bref n° 317 - Décembre 2013 - Auteur : Gérard Boudesseul (ESO- Espaces et sociétés, centre associé au Céreq de Caen)

Net.Doc n°99 - Ateliers pédagogiques Nanterre - G. Boudesseul, L. Lafitte, 2012, 61p.

 

Service presse : Marie-Christine ANTONUCCI – servicepresse@cereq.fr  - 04 91 13 28 94

Haut de page