Source INSEE recensement 2006. calculs : Céreq.

Si vous ne parvenez pas à lire l'animation, vous pouvez télécharger le lecteur flash gratuitement ici. 

La carte cantonale des « sans-qualification » ne coïncide pas du tout avec la carte des régions, mais avec des espaces transrégionaux. A l’intérieur d’une même région, coexistent des aires à bonne réussite scolaire et des aires à échecs conduisant à une accumulation de jeunes sans diplôme sur le marché du travail. 

Le risque majeur du décrochage scolaire est de produire « un noyau dur » de jeunes sans diplôme et durablement sans emploi. Les analyses infra régionales montrent une assez forte proximité entre la répartition géographique des flux annuels de décrochage et les jeunes sans diplôme sur le marché du travail. La lutte contre le décrochage se heurte à la multiplicité des acteurs devant intervenir dans les actions de prévention. Pour agir efficacement, on devrait tenir compte des caractéristiques de ces jeunes. Ils sont certes mobiles d’une institution à une autre, abandonnant ici, s’évaporant là, et réapparaissant ailleurs lors d’une sollicitation ; mais ils sont peu mobiles sur le plan géographique,et généralement détenteurs d’une qualification inférieure au baccalauréat.À l’échelle de la France entière, les jeunes sans diplôme se concentrent dans les régions Picardie,Champagne-Ardenne, Bourgogne et, plus au sud, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon.Décomposé au niveau cantonal, le paysage du décrochage est bien différent.

 

La carte cantonale des « sans-qualification » ne coïncide pas du tout avec la carte des régions, mais avec des espaces transrégionaux, à l’intérieur d’une même région, coexistent des aires à bonne réussite scolaire et des aires à échecs conduisant à une accumulation de jeunes sans diplôme sur le marché du travail. Ce zoom sur les situations infra régionales est un moyen de cerner au plus près les poches de difficultés et de cibler les politiques de lutte contre le décrochage.

 

Agir sur les facteurs du décrochage est primordial. Ces facteurs sont multiples. Ils ont trait en partie au contexte dans lequel vivent les jeunes. Outre la profession des parents, certaines conditions d’environnement attirent l’attention. Elles relèvent de trois domaines : les conditions de vie, particulièrement affectées par les conditions d’emploi des parents, les conditions familiales (familles monoparentales, familles nombreuses etc.), les conditions proprement culturelles de soutien des jeunes par leurs parents.La densité de jeunes sans diplôme croît en même temps que ces trois facteurs de risque.

Une étude publiée dans le bref de janvier 2013

Les risques sociaux du décrochage : vers une politique territorialisée de prévention. Bref n° 304

Les moments de rupture éducative ne sont généralement que la face visible et brutalement émergente d’un malaise de longue durée chez les jeunes. S’il est toujours difficile de mettre fin aux sorties de formation initiale, agir sur l’exposition au risque de décrochage n’aurait-il pas quelque effet ? Une action sur les contextes serait alors à mener en parallèle avec les suivis individuels souvent préconisés.

par Gérard Boudesseul, Yvette Grelet, Céline Vivent (Espaces et SOciétés (ESO), centre associé au Céreq pour la région Basse-Normandie)

Contact presse et auteurs

 

Cette étude a été réalisée dans le cadre des expérimentations sociales soutenues par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse. 

 

Pour en savoir plus :

Favoriser la coordination du repérage et du suivi des décrocheurs par un logiciel interactif de partage d’informations

L’expérimentation conduite par le GIP FCIP (formation continue et insertion professionnelle) de Basse-Normandie avait pour objectif de repérer rapidement et d’accompagner les jeunes sortant sans qualification de tous les établissements de formation initiale. L’évaluation de cette expérimentation avait deux objectifs : évaluer un dispositif organisationnel original de coordination ; évaluer l’effet propre de ce dispositif sur le public visé. Ce document rend compte des travaux effectivement conduits, ainsi que des écarts au projet initial. Il présente également une typologie des territoires selon les risques de décrochage, construite à partir des indicateurs de conditions de vie. La concentration des décrocheurs dans les grandes agglomérations ne doit pas conduire à y concentrer aussi les moyens de prévention et de suivi. La dispersion sur le territoire dans les petits établissements et en zone rurale doit donner lieu à une approche individualisée particulièrement vigilante.

Par G. Boudesseul, Y. Grelet, C. Vivent, M. Peuvrel, Net.Doc, n° 107, 2012, 51 p.

 

Atlas des fractures scolaires en France

90% des enfants de cadres atteignent le niveau du baccalauréat, contre 51% des enfants d’ouvriers ! Les taux de réussite au bac général avoisinent les 90 % en Bretagne et peinent à atteindre les 75 % en Guyane ! Pleinement inscrit dans l’actualité avec les débats incessants sur la réforme du système scolaire, cet atlas fait le point sur l’état de l’école en France. Il dresse un panorama du système de scolarisation de la maternelle au lycée, avec une ouverture sur les trajectoires post-bac. L’étude est réalisée à diverses échelles (locales, urbaines, académiques, régionales, nationales, européennes) pour montrer qu’aux disparités que nous connaissons entre circonscriptions administratives (Les Antilles face à Versailles) s’ajoutent les fractures, moins évidentes, à l’intérieur des villes d’une même région ou de quartiers d’une même agglomération, ou encore selon les types d’établissements fréquentés (ruraux ou urbains, généraux ou professionnels, etc.). Tous les enjeux problématiques sont ici abordés : les besoins et les moyens (humains, financiers) ; l’offre de formation ; l’échec scolaire ; le handicap ; les « stratégies » (dérogation, enseignement privé, soutien scolaire)… Il s’agit bien là d’une géographie de l’école, entre inégalités territoriales et inégalités sociales, qui montre que l’enseignement reflète le fonctionnement d’une société inégalitaire.

Par Patrice Caro, Rémi Rouaul collection Atlas Monde, Editions Autrement, septembre 2010.

 

Nous travaux sur ce thème :

 

Mais aussi, dans le cadre du débat Refondons l'école, l'avis d'un des co-rapporteurs, Christian Forestier :

Haut de page