La nouvelle loi sur la formation professionnelle, appliquée dès janvier 2015, introduit notamment le Compte personnel de formation (CPF) à la place du Droit individuel à la formation (DIF). Présentation de ce nouveau dispositif.

Les données dont dispose le Céreq sur les souhaits de formation des salariés et des usages du DIF peuvent-elles aider à comprendre les enjeux de cette réforme ?

Nous avons demandé à Isabelle Marion,* du Département Formation et certification, de nous éclairer sur ce sujet.

 

 

CPF et reforme de la Formation professionnelle

Source : Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

 

Il y a-t-il convergence entre les résultats des études du Céreq sur le DIF et les nouvelles dispositions mises en place pour les salariés dans le cadre de la réforme ?

   
portrait Isabelle Marion

Isabelle Marion : Nos études à propos du DIF montrent tout d’abord une forte méconnaissance du dispositif, notamment pour les salariés occupant les postes les moins qualifiés. Seule un peu plus de la moitié des ouvriers déclarent avoir entendu parler du Droit individuel à la formation (DIF). Par ailleurs, l’accès au dispositif est resté très confidentiel puisque en moyenne 5 % de salariés se forment par an dans ce cadre pour des durées tournant autour de 20h. Alors que la majorité des salariés avaient atteint le plafond de 120 h.

Nos travaux soulignent l’importance du contexte de l’entreprise. Au-delà de la taille et du secteur d’activité, ce qui importe c’est la diffusion de l’information et la pratique des entretiens où sont abordées les questions de formation en relation avec l’évolution professionnelle.

 

S’il est couplé avec ce type d’entretien, alors le DIF atteint ses véritables objectifs. Il sert plus souvent à concrétiser un projet professionnel. Sans cet entretien, les formations dans le cadre du DIF ne se différencient absolument pas des autres formations suivies en entreprise. Elles visent alors plutôt à se conformer à la législation du travail.

 

De manière générale, on observe que les pratiques de formation des salariés ne relèvent pas seulement de dispositions individuelles mais sont largement dépendantes du contexte d’entreprise.  Pour mener à bien un projet professionnel, les espaces de discussion mis en place autour de la formation  sont un préalable. L’obligation d’organiser des entretiens professionnels au sein de l’entreprise tous les deux ans s’accordent avec nos conclusions sur la nécessité du dialogue employeur-salarié.

 

 

Est-ce que les nouvelles opportunités offertes rencontrent les souhaits des salariés ?

 

carré blanc

Isabelle Marion : La réforme met l’accent dans le cadre du CPF sur l’accès à des formations qualifiantes, répondant aux besoins des employeurs et en phase avec les secteurs d’activité les plus porteurs. L’objectif est d’aider les personnes à construire et à mener à bien un projet professionnel tout en répondant aux besoins de l’économie. Les  enquêtes sur la formation continue produites par le Céreq montrent que les salariés ne sont pas uniquement attentifs aux formations accompagnant une évolution de leur emploi (changement de métier, de profession, d’entreprise). Ils expriment surtout des projets professionnels en termes d’évolution dans leur propre entreprise ou dans le cadre d’un changement dans le contenu de leur activité de travail. Et c’est pour accompagner ce type de changements qu’ils souhaiteraient avant tout se former.

A mon sens, il s’agit donc de prendre en compte l’ensemble des transitions souhaitées par les salariés, pas uniquement celles liées à l’emploi, mais aussi celles liées au travail et à la façon dont il s’organise au sein même de l’entreprise. Cette dimension n’est pas suffisamment mise en avant dans le cadre du compte personnel de formation.

 

(*) Isabelle Marion est adjointe au chef du département Formation et certification.

En savoir plus

Informations du ministère sur le CPF. 

Notre dernier ouvrage sur le thème : Quand la formation continue, 2014. 

L'ensemble de nos études sur le DIF et la formation continue.

Le Compte personnel de formation : une nouvelle logique pour la formation professionnelle ? Un point de vue critique, interview de Bernard Friot et Jean-Pascal Higelé.

Vers une sécurité sociale professionnelle ? Compte-rendu de la journée d'étude du Céreq avec Bernard Friot et Jean-Pascal Higelé.

 

Voir tous les articles de la rubrique Focus.

 

Autres articles

 
Haut de page