Les récentes études du Céreq  (1) sur l’évaluation de dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire viennent éclairer les enjeux de  l’action publique. Elles font émerger au moins trois points sur lesquels il conviendrait d'agir. Le processus multidimensionnel du décrochage scolaire.

 

Bilan des études du Céreq sur le déchochage scolaire

Le parcours des décrocheurs est marqué par une multiplication des ruptures (sociales, familiales) et une désaffiliation scolaire progressive. Celle-ci se traduit par des difficultés d’apprentissage non résolues, et des sanctions disciplinaires fréquentes au collège. Le maintien du lien avec ces jeunes en difficulté et leur famille est un enjeu important de la lutte contre le décrochage scolaire. En effet, avant la rupture, 2 jeunes sur 3 sont reçus par le chef d’établissement et 1 sur 3 par un conseiller d’une mission locale. Après la rupture, les proportions s’inversent. Le décrochage touche particulièrement la filière professionnelle, y compris les formations par alternance pour lesquelles une expérimentation a montré que le tutorat divise par 6 le risque d'abandon de l'apprentissage(2) .

 Les coopérations interinstitutionnelles et interprofessionnelles Les expérimentations sociales ont réellement amorcé le décloisonnement institutionnel. Il demeure fragile, soumis aux difficultés d’articulation des politiques nationales et locales et à la difficulté de « faire ensemble » à partir de cultures professionnelles distinctes. Les coordinations les plus bénéfiques sont celles qui parviennent à s'outiller (portail local commun de repérage et de suivi des jeunes par exemple) et à se professionnaliser pour renforcer la sécurisation des parcours et pour une prise en charge globale de la personne et de son environnement. Toutefois, les familles, dont le rôle est de plus en plus reconnu sur le terrain de l'orientation, sont encore rarement considérées comme des acteurs pour trouver une solution au décrochage.  

L’adaptation des actions aux spécificités des territoires La mise en regard de la cartographie des risques de décrochage avec celle des jeunes de moins de 24 ans non diplômés et non scolarisés met en exergue des territoires sensibles aux abandons précoces de la scolarité. C’est le cas de nombreux cantons péri-urbains ou ruraux, qui, de fait, ne sont pas enregistrés comme zone urbaine sensible (Zus). Cette cartographie invite à une action publique adaptée à chaque territoire.

 

Vient de paraître en co-édition avec la DEPP, département du ministère de l'Education nationale : Un Altas académique des risques sociaux d'échec scolaire.

 

 

Bref n° 307

 

Rupture scolaire : les leçons d'une expérimentation alliant éducation et santé

Gérard Boudesseul, Bref, n° 317, 2013, 4 p.  

 

Evaluer un dispositif de lutte contre la rupture scolaire

Pascale Rouaud, Bref, n° 307, 2013 , 4 p.   

 

Les risques sociaux du décrochage : vers une politique territorialisée de prévention ?

G. Boudesseul, Y. Grelet, C. Vivent. Bref, n° 304, 2013, 4 p.

 

 Décrochage scolaire : vers une mesure partagée

G. Boudesseul, C. Vivent. Bref, n° 298-1, 2012, 4 p.

 

 Prévenir le décrochage scolaire

G. Boudesseul, Y. Grelet, L.Lafitte, M. Peuvrel, C. Vivent. Net.Doc, n° 102, 2012, 129 p. 

 Mais aussi :La lutte contre le décrochage scolaire : de l’initiative locale à l’expérimentation sociale. Vivent, Céline.2013, décembre. Thèse de doctorat nouveau régime en sociologie. Université de Caen Basse-Normandie, Caen.Du décrochage à la réussite scolaire : Expériences françaises et internationales. Boudesseul, Gérard, dir. ; Paris : L'Harmattan, 2013. 240 p. Coll. Savoir et Formation."La gouvernance chaotique des politiques de lutte contre le décrochage : retour sur deux expériences régionales", Berthet, Thierry. in Administration et éducation n° 137, Mars 2013. pp. 51-58. 

 

Contact avec l'auteur et le service presse  

 

Notes : 1)   Depuis plus de vingt ans, le Céreq consacre une partie de son activité à l’évaluation des dispositifs publics de formation. En 2009, l’Etablissement a renouvelé cet investissement, en engageant ses forces dans une opération de grande ampleur et d’un genre nouveau : l’évaluation des expérimentations sociales lancées par le Haut Commissaire à la Jeunesse Martin Hirsch. Lire la suite

2)    Sécuriser les parcours des apprentis. Bref n° 301, Bourdon, J., Guégnard, C., et Michot, C. (2012a). 4 pInscrire les contrats en alternance dans une logique de parcours sécurisé : rapport d’évaluation. Évaluation financée par le Fonds d’Expérimentation pour la Jeunesse dans le cadre de l’appel à projets AP1 lancé en avril 2009 par le Ministère chargé de la jeunesse. Bourdon, J., Guégnard, C., et Michot, C. (2012b).  

 

 Pour en savoir plus :

Consulter l'ensemble de nos publications sur le thème du décrochage scolaire et universitaire.

Haut de page