La nomenclature PSB est une nomenclature sectorielle ad-hoc, élaborée à partir de la NAF

 

Les indicateurs qui structurent les PSB sont renseignés sur un ensemble de secteurs d'activité qui visent à approcher le périmètre des branches professionnelles. Arrêtée au démarrage du dispositif par la DGEFP et le Céreq, la nomenclature des secteurs et sous-secteurs est définie par référence à la nomenclature d'activités française (NAF).

 

Depuis sa conception, cette nomenclature a évolué au gré des discussions avec telle ou telle branche, l'objectif premier étant d'approcher au mieux le contour conventionnel des branches, sous réserve de faisabilité statistique. Elle se structure selon trois niveaux emboîtés :

  • un niveau macro présentant les indicateurs des 3 grands secteurs: "ensemble de l'industrie", "ensemble de la construction" et "ensemble du tertiaire", ce qui permet de disposer de données de références pour l'analyse des résultats par secteur.

un niveau regroupé en 25 secteurs (ex : industries agro-alimentaires, commerce de détail, services opérationnels aux entreprises …), qui couvrent presque toutes les activités secondaires et tertiaires soit près de 95 % des salariés du privé .

  • et un niveau beaucoup plus fin en 76 sous-secteurs (ex : industries des viandes, second œuvre du bâtiment, grandes surfaces à prédominance alimentaire, entreprises de propreté …), qui constituent autant de zooms spécifiques à l'intérieur du niveau précédent. Pour des raisons de pertinence statistique, ne sont retenus que les sous-secteurs numériquement les plus importants (les autres ne sont pas traités). Le taux de couverture des sous-secteurs est de 85 % des effectifs salariés du privé.

 

 

voir la nomenclature PSB et sa correspondance avec les codes NAF

Haut de page