Notre librairie à Marseille

Génération 2004, des jeunes pénalisés par la conjoncture

Publié le 1 janvier 2008

Génération 2004, des jeunes pénalisés par la conjoncture

Olivier Joseph , Alberto Lopez , Florence Ryk

  • Céreq Bref n°248
  • janvier 2008

ENQUETE GENERATION 2004, DIVISION SEXUELLE DU TRAVAIL, INEGALITES, INSERTION PROFESSIONNELLE, NIVEAU DE FORMATION, POPULATION D'ORIGINE ETRANGERE, STATISTIQUE D'EMPLOI, FRANCE

Les jeunes ayant quitté le système éducatif en 2004 ont effectué leurs premiers pas dans la vie active alors que la conjoncture était peu porteuse. Les débutants n'ayant aucun diplôme restent les plus pénalisés sur le marché du travail. Mais le chômage épargne moins qu'auparavant les titulaires d'un CAP ou d'un BEP. Devant les difficultés d'insertion, une partie des bacheliers sont eux retournés en formation. En revanche, les détenteurs d'un diplôme de niveau bac+2 continuent à s'insérer assez rapidement, malgré la concurrence potentielle des nouveaux titulaires d'une licence professionnelle. À niveau de diplôme équivalent, les jeunes femmes restent, dès leur première embauche, désavantagées par rapport aux hommes. Enfin, une partie des jeunes issus de l'immigration apparaît aujourd'hui plus pénalisée sur le marché du travail que dans les années 90.

CITER CET ARTICLE


Olivier Joseph , Alberto Lopez , Florence Ryk , Génération 2004, des jeunes pénalisés par la conjoncture, Céreq Bref, n°248, 2008, 8 p.p.
http://www.cereq.fr/publications/Cereq-Bref/Generation-2004-des-jeunes-penalises-par-la-conjoncture
 

Sur le thème

 
Vers la thématique
Haut de page