Dépêche reproduite avec l’aimable autorisation d’AEF www.aef.info

 

 

 

Numérique : le lien formation-emploi doit être "rénové par une approche itérative et en réseau" (France stratégie)

Paris, le 12/06/2017 14:48:00 Dépêche n°563597

Par Cyril Duchamp

 

Le "phasage traditionnel" du lien formation-emploi "ne suffit plus à répondre aux enjeux de professionnalisation des jeunes et des actifs" de la filière numérique en raison du rapide changement des métiers en fonction du "rythme des évolutions technologiques". C’est ce que constate France stratégie dans une "vision prospective partagée des emplois et des compétences" produite avec leCereqet publiée le 8 juin 2017. Alors que les métiers du numérique représentent actuellement environ 800 000 salariés et 80 000 indépendants, France stratégie propose un répertoire des 36 métiers "cœur", répartis selon neuf familles de métiers, pour avoir une meilleure lisibilité. Dans ce rapport est mise en évidence l’importance de disposer d’un "réseau de partenaires structurés, travaillant conjointement et non en simultané".

"Le principe d’un continuum entre formation et emploi, qui repose sur un décloisonnement entre les acteurs de la formation (initiale et continue) et de l’entreprise s’inscrit dans une vision renouvelée de la relation formation emploi", estime France stratégie dans un rapport du "réseau emplois compétences" consacré à la filière numérique. L’analyse produite conduit à remettre en cause la "perspective descendante" de ce lien formation-emploi, caractérisé par un "repérage des besoins des entreprises" suivi d’une "constitution de filières de formation", pour préférer la logique de "réseau de partenaires structurés, travaillant conjointement et non en simultané".

Les métiers du numérique sont marqués par des "évolutions technologiques rapides et perpétuelles", qui obligent à penser le système de formation différemment pour cette filière. Celui-ci doit reposer "non pas sur une succession d’interventions segmentées d’acteurs de la formation et du monde professionnel, mais sur un 'continuum' entre la formation et l’emploi, fondé sur une approche itérative et en réseau". Selon France stratégie en effet, "le phasage traditionnel ne suffit plus à répondre aux enjeux de professionnalisation des jeunes et des actifs de la filière".

Le défi d’une adéquation entre formation et emploi s’inscrit dans un contexte d’évolution rapide des compétences à acquérir et de transformation des emplois du fait des mutations technologiques. Un "enjeu" réside pour France stratégie dans "l’expérimentation et la diffusion de pratiques innovantes" sur la base d’une multiplication des "partenariats locaux (IUT, universités, écoles, réseaux d’entreprise, Opca, etc.) en matière d’enseignement, de formation, de pratiques de recrutement, de mobilité, etc." Une "action réciproque des acteurs" est attendue autour des "enjeux de professionnalisation".

Consensus et incertitudes

Perspectives différentes par CSP

Les experts s’accordent sur la croissance à venir des emplois liés au numérique, et les analyses montrent des disparités selon les catégories socioprofessionnelles.

La Dares et France stratégie concluent pareillement que les ingénieurs et les cadres techniques de l’informatique "devraient continuer à bénéficier d’une croissance d’emploi très positive", alors que la croissance des effectifs des techniciens serait à terme nettement plus modeste, et celle des employés et opérateurs de l’informatique devrait rester stable, voire reculer légèrement".

Le groupe de travail mis en place autour de cette "vision prospective partagée des emplois et des compétences" de France stratégie et du Cereq a également conduit à élaborer un répertoire des métiers "cœur" du numérique. Ont ainsi été identifiés 36 métiers constituant le "cœur du numérique", répartis selon neuf "familles" (1). Le rapport permet sur cette base d’analyser l’évolution attendue sur les deux ou trois ans à venir des emplois et des "modes de professionnalisation permettant d’alimenter ces métiers".

Les perspectives d’évolution des métiers du numérique sont sujettes à consensus mais aussi à des incertitudes, pointe France stratégie. Ainsi, l’idée d’une augmentation du volume d’emplois liés à ce secteur suscite une "une forte convergence des experts", croissance qui "résulterait de l’accélération permanente des innovations technologiques : design, robotique, big data, open data, etc." En même temps, du fait de "l’absence de consensus sur le périmètre de l’économie numérique comme sur la manière de le définir (en termes de familles professionnelles ou de secteurs économiques), les analyses prospectives de créations d’emploi varient du simple au double selon les études recensées".

(1) "Programmation et développements" ; "Métiers de l’intelligence artificielle et de la donnée" ; "Infrastructures, clouds, réseaux et data centers" ; "Maintenance, assistance et support pour l’exploitation" ; "Interfaces utilisateurs et créations numériques" ; "Direction, management et stratégie" ; "Communication et marketing" ; "Commerce" ; "Expertise et conseil". 

Haut de page