cereq_article

Caractériser la relation formation-emploi dans le secteur du spectacle vivant

Commanditée par les partenaires sociaux du secteur du spectacle vivant, cette étude s’inscrit dans une Action de développement de l’emploi et des compétences (ADEC) financée en partie par le ministère du Travail. Son objectif est double :

  • décrire le processus d'insertion et de professionnalisation des sortants de formation professionnelle initiale ou continue dans le secteur du spectacle vivant ;
  • analyser l'articulation entre la formation professionnelle continue suivie et le, ou les, emploi(s) exercé(s).

 

En 2008, 231 234 personnes ont exercé une activité dans ce secteur[1]. Il suscite effectivement de nombreuses vocations dont le nombre croît plus vite que l’activité elle-même, si bien que la précarité liée au sous-emploi et les périodes d'inactivité (indemnisées ou non) ont tendance à se développer.

 

L’abondance de formations professionnelles initiales et continues préparant ou accompagnant les activités artistiques et technico-artistiques explique aussi cette situation. En effet le nombre de formations et d’organismes les délivrant a connu une très rapide expansion ces dernières années. Ainsi, l'observatoire paritaire des métiers et des qualifications du spectacle vivant (OPMQ-SV) comptabilise aujourd’hui dans son répertoire près de 400 formations professionnelles certifiantes ou qualifiantes.

L’expansion des formations peut aussi s’expliquer par une transformation progressive des modes d’apprentissage, passant d’un traditionnel apprentissage sur le tas à des formations plus formelles, tant initiales que continues, destinées à conforter les pratiques professionnelles du secteur. Ceci s’accompagne d’un mouvement de création de diplômes et titres inscrits au RNCP, légitimant ainsi leur existence.

 

Dans ce contexte, l’étude vise à éclairer plusieurs questions :

  • quels sont les usages des formations initiales préparant aux métiers du spectacle vivant (artistes, techniciens et administratifs) ?
  • comment et pourquoi se recrutent les nouveaux artistes, techniciens et administratifs ?
  • que peut-on dire de leurs trajectoires professionnelles ?
  • à quels usages correspondent les formations continues suivies au cours d’une trajectoire d’emploi artistique, technico-artistique et administrative et comment s'articulent-elles avec les formations initiales ?

 

La méthode employée pour renseigner ces dimensions comporte un double volet :

 

-          l’ exploitation de l’enquête Génération 2004 pour décrire les trois ou cinq premières années de vie active des sortants de formations professionnelles initiales du spectacle vivant ; sont aussi observés les parcours de sortants d’autres spécialités mais débutant leur parcours professionnel dans des activités du secteur. Une interrogation qualitative complète l’élaboration d’une typologie des usages des formations initiales.

 

-          Une analyse exploratoire des parcours d’emploi antérieurs et postérieurs à la participation à une formation professionnelle continue du secteur. Les informations sont recueillies auprès d’organismes de formation volontaires. Cette phase est menée en étroite coopération avec Audiens (organisme gestionnaire des cotisations retraite du secteur), organisme grâce auquel sont repérés les épisodes d’emploi. Sont ainsi examinés les effets des formations continues sur la fréquence des emplois et le niveau de salaire.

 

Les conclusions de cette étude sont en cours et pourraient être publiées au printemps 2012.

 

Contact :

Michel Théry, thery@cereq.fr

 

[1] Donnée Audiens – Tableau de bord de l'emploi OPMQ-SV

Haut de page