Le DIF : la maturité modeste

Le DIF : la maturité modeste

R. Descamps

Bref , n° 299-2 , 2012 , 4p.

Avec un taux d’accès de 6,5 % en 2010, le droit individuel à la formation (DIF) n’a pas remporté le succès escompté. De plus, la durée moyenne des formations stagne autour d’une vingtaine d’heures. Le manque d’information et d’accompagnement des salariés peut expliquer son faible développement. En effet, l’existence d’un droit individuel ne suffit pas à en susciter l’usage ; le contexte, qui détermine les conditions favorables ou non de son application, reste décisif.

Haut de page