Net.Doc

Quels emplois pour les débutants diplômés du supérieur ?

Publié le 1 janvier 2010

Quels emplois pour les débutants diplômés du supérieur ? Une analyse de la qualité des emplois au cours des trois premières années de vie active de la Génération 2004

Nathalie Moncel

  • Net.Doc n°67
  • janvier 2010

INSERTION PROFESSIONNELLE, PREMIER EMPLOI, DIPLOME, ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, CHEMINEMENT PROFESSIONNEL, QUALITE, NIVEAU I-II, DECLASSEMENT PROFESSIONNEL, REPRESENTATION DU TRAVAIL, ENQUETE GENERATION 2004, FRANCE, DEBUTANT, Céreq - DEEVA

L’enquête Génération 2004 décrit les trajectoires d’emploi des jeunes sortis diplômés de l’enseignement supérieur en 2004. Elle nous renseigne ainsi sur la qualité des emplois occupés par ces débutants au cours de leurs trois premières années de vie active. Une analyse typologique conduit à distinguer trois classes de positions professionnelles selon la qualité des emplois en termes de salaire, de statut, de temps de travail, d’accès à la formation, et selon la durée et l’occurrence dans les trajectoires d’insertion. La classe des emplois de qualité supérieure regroupe un quart des positions professionnelles offertes aux débutants. Elle concentre des emplois sur des postes d’encadrement, occupés par des sortants à niveau bac+5 d’écoles et de filières universitaires professionnalisées, notamment celles des spécialités médicales. À l’autre bout de l’échelle se trouvent regroupées 30 % des positions professionnelles, sur des postes d’employés des services et du commerce et d’ouvriers de l’industrie, dont les conditions d’emploi associent faibles salaires et instabilité. Les jeunes diplômés du supérieur n’y font que passer pour peu qu’ils aient un diplôme supérieur à bac+2. Une large part des emplois que connaissent les jeunes au cours de leurs trois premières années de vie active, se situe dans une classe moyenne rassemblant les professions intermédiaires et les enseignants ainsi que certains emplois d’exécution situés dans les secteurs financiers, les services professionnels aux entreprises et l’administration. Plus que la filière ou la spécialité de formation, c’est le niveau du diplôme de sortie qui va déterminer les chances d’accès des débutants aux différentes classes d’emploi. Les opinions des jeunes sur leur situation professionnelle corroborent la qualité mesurée des emplois. Le sentiment de dévalorisation des diplômes est fort pour les débutants sur des emplois de mauvaise qualité alors que les débutants ayant des emplois de qualité supérieure se sentent à leur place et expriment le souhait de rester dans cet emploi.

Haut de page