L’insertion est un processus si complexe qu’une analyse des trajectoires individuelles sur longue période est utile. Même lorsqu'ils sont stabilisés dans l'emploi, les jeunes sont en début de parcours professionnel plus mobiles que l'ensemble des actifs. Près d'un tiers change d'entreprise au cours de leur quatrième ou cinquième année de vie active. À un extrême, les jeunes sans diplôme restent exposés à la conjoncture et beaucoup d'entre eux cherchent encore à accéder à un emploi stable, même après sept années passées sur le marché du travail. À l'opposé, les diplômés de l'enseignement supérieur se stabilisent plus rapidement en emploi à durée indéterminée, tout en se repositionnant favorablement sur l'échelle des emplois et des salaires. On constate aussi l’importance des reprises d’études et de la formation dès trois ans après la sortie du système éducatif, mais aussi de la mise en couple ou l’arrivée d’un enfant.

Haut de page