Publié le 1 janvier 2004

Décalage entre emploi et formation. Comparaison des emplois aidés et non aidés

Laurence Lizé

  • Nef n°13
  • janvier 2004

DECLASSEMENT PROFESSIONNEL, MESURE POUR L'EMPLOI, RELATION FORMATION-EMPLOI, JEUNE, POLITIQUE DE L'EMPLOI, ENQUETE GENERATION 98, COMPARAISON, FRANCE

ISBN 978-2-11-094744-4

Cette étude s'intéresse aux décalages entre l'emploi et la formation des jeunes présents dans l'enquête "Génération 98" du Céreq et compare les situations des jeunes qui bénéficient d'un emploi aidé ou "normal". Une personne sera considérée comme déclassée si le niveau de formation requis pour le poste sur lequel elle a été embauchée est inférieur à son niveau de formation initiale. En d'autres termes, ces salariés sont sur-diplômés par rapport à l'emploi occupé, ce qui atteste d'une surqualification à l'embauche des employeurs. Ces phénomènes s'avèrent difficiles à mesurer "objectivement". Dans cette étude, afin de percevoir plusieurs visages du déclassement, une approche statistique, fixant des normes, est confrontée à une approche subjective, telle qu'elle est ressentie par les salariés. L'hypothèse est que le déclassement peut s'analyser comme un problème de file d'attente, en considérant qu'il existe plusieurs files et que les emplois aidés agissent sur les phénomènes de concurrence pour l'emploi.

Haut de page