Nef

Le travail en cours d'études a-t-il une valeur professionnelle ?

Publié le 1 janvier 2004

Le travail en cours d'études a-t-il une valeur professionnelle ?

Jean-François Giret, Catherine Béduwé

  • Nef n°7
  • janvier 2004

REPRESENTATION DU TRAVAIL, COMPETENCE, TRAVAIL ETUDIANT, EXPERIENCE, CHEMINEMENT UNIVERSITAIRE, DEBUTANT, ENQUETE GENERATION 98, FRANCE

ISBN 978-2-11-094332-3

Cette recherche s'interroge sur la nature et la valeur professionnelle du travail en cours d'études exercé par une part non négligeable de jeunes diplômés de l'enseignement supérieur. Les données utilisées sont celles de l'enquête " Génération 98 " du Céreq. Il s'agit de comprendre dans quelle mesure ces activités professionnelles menées en cours de scolarité entrent dans la construction des compétences professionnelles d'un jeune étudiant, étendent son réseau professionnel et constituent une première expérience de travail capable d'enrichir un CV de débutant. Les résultats obtenus permettent d'affirmer que le travail étudiant possède effectivement ces dimensions de valeur professionnelle. L'enjeu de ces activités de travail menées de front avec des études initiales va ainsi au-delà du rôle évident et essentiel qu'elles jouent dans la constitution de revenus pour les étudiants. Ces activités étudiantes sont, d'une manière générale, jugées positivement par les étudiants et les employeurs mais elles sont également d'une extrême hétérogénéité. Ainsi, seules certaines d'entre elles sont porteuses d'une réelle valeur professionnelle que les employeurs reconnaissent en la rémunérant. Ce sont les activités professionnelles les plus qualifiées, celles qui ont été menées sur de relativement longues durées et celles en rapport avec la formation initiale suivie qui sont les plus valorisées par les étudiants et par leurs futurs employeurs. Ces emplois à forte valeur professionnelle ajoutée ne sont pas forcément ceux qui perturbent le plus la réussite scolaire.

Haut de page