Evaluer une expérimentation en faveur des jeunes en rupture scolaire. Le projet des Ateliers Pédagogiques de Nanterre

Mis en ligne le

Le projet des Ateliers Pédagogiques de Nanterre

logofej

Dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire, le Céreq évalue une expérimentation originale conduite par le centre hospitalier Théophile Roussel. Il s'agit d'un dispositif d'ateliers pédagogiques, destinés à des adolescents déscolarisés (après exclusion de plusieurs établissements scolaires, par manque de place en Institut médico?éducatif ou en Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques, etc.), en voie de rupture scolaire (élèves passés en conseil de discipline) ou en phase de désocialisation (élèves qui ne sont plus scolarisés depuis plusieurs mois ou années). Il a pour vocation de resocialiser les jeunes, de les remobiliser vers la vie scolaire et de faciliter leur accès aux soins. Les ateliers se déroulent hors établissement scolaire, et associent des enseignants et des éducateurs.

L'Atelier Pédagogique développe une double interface, avec l'Education nationale et avec un service de psychiatrie infanto juvénile. Ces liens privilégiés s'inscrivent dans un partenariat plus large associant également l'Aide Sociale à l'Enfance, la Protection Judiciaire de la Jeunesse, les mairies et les associations, regroupés dans un projet de Maison des Adolescents des Hauts de Seine.

La flexibilité des services proposés (en nombre d'heures et en durée dans le temps) ainsi que la souplesse de l'accueil qu'ils offrent fondent leur originalité et leur caractère novateur.

Ainsi, tout jeune inscrit à l'Atelier Pédagogique le demeure, même s'il en est absent plusieurs mois. Personne ne viendra prendre sa place. Cette absence de contraintes temporelles pour le travail de resocialisation dans le rapport à l'autre et au savoir instaure un cadre plus souple et moins contraignant. Ce qui rend le dispositif accommodant, et pour les professionnels et pour les jeunes qui en bénéficient.

L'enjeu est aussi de conduire les jeunes vers un parcours de soin, via les Ateliers Thérapeutiques. La plupart du temps, même si les jeunes ont des troubles du comportement avérés, cette approche n'est pas toujours facile, tant la notion « psychologique » est stigmatisée par eux-mêmes et leurs parents. Comme la participation aux Ateliers Thérapeutiques s'inscrit dans une démarche volontaire des jeunes de même que leur présence aux Ateliers Pédagogiques, c'est souvent un travail en amont de longue haleine, de sensibilisation, qui justifie la mise en place d'un parcours dont la durée n'est pas définie.

 

Les objectifs de l'évaluation de ce dispositif sont les suivants :

-          appréhender son bénéfice pour les jeunes. Quels sont les apports des Ateliers Pédagogiques, notamment au regard de leurs spécificités par rapport à d'autres dispositifs mis en place par l'Education nationale ?

-          apprécier sa pertinence, au regard de son utilisation par les partenaires du réseau ;

-          identifier avec précision le rôle des différents intervenants (enseignants, éducateurs, médecins, psychologues) et leurs liens avec les partenaires (notamment les équipes pédagogiques des établissements scolaires du secteur) afin de faire émerger les bonnes pratiques de collaboration interprofessionnelle, en vue de prévenir ou de remédier à la rupture scolaire.   

Compte tenu de la nature particulière du dispositif évalué, l'accompagnement et la méthode qualitative ont été retenus pour en saisir les enseignements : observation participante, monographie et entretiens semi directifs des différents acteurs (enseignants de lAteliers Pédagogique, les éducateurs, les acteurs extérieurs, les jeunes et leurs parents).

 

Les premiers enseignements qui se dégagent des entretiens avec les jeunes sont :

-          le sentiment d'avoir trouvé un cadre adapté pour une réappropriation des règles les plus basiques comme le respect de l'autre et des adultes, celui des horaires et d'une certaine ambiance propice à l'apprentissage ;

-          le sentiment de bénéficier d'une véritable écoute et d'une aide personnalisée dans l'apprentissage scolaire mais aussi dans la gestion de problèmes plus personnels (avec la possibilité de participer aux centres d'accueil thérapeutique à temps partiel (CATTP) pour renforcer l'aide psychologique, ou de s'adresser à un ou deux référents) ;

-          la réelle possibilité de regagner l'estime de soi dans la mesure où la stigmatisation des adultes et des pairs est court-circuitée par l'individualisation du projet de chacun : les objectifs étant  individuels, toute notion de compétition scolaire est absente.

 

Le rapport final d'évaluation de cette expérimentation est prévu pour mars 2012.

Contacts :

Centre associé régional au Céreq de Caen

Gérard Boudesseul

Gerard.boudesseul@unicaen.fr

Céline Vivent

Celine.vivent@unicaen.fr

Laurence Lafitte

Citer cet article

Evaluer une expérimentation en faveur des jeunes en rupture scolaire. Le projet des Ateliers Pédagogiques de Nanterre, https://www.cereq.fr/evaluer-une-experimentation-en-faveur-des-jeunes-en-rupture-scolaire-le-projet-des-ateliers